LES SECRETS D'UNE BONNE MEDITATION :

 LA MEDITATION GASSHÔ MEISO ET LA MEDITATION D'ANCRAGE A LA TERRE.

Méditation.

   
    Ce qui est important dans la méditation, c'est l'esprit et le coeur. C'est laisser place à la Source de toutes choses, ressentir une qualité de silence intérieur et de paix dans un total lâchez-prise. Ce silence du mental est la porte qui ouvre sur notre "Soi ". Sachez aussi que l’art de la méditation entraîne des bienfaits insoupçonnés bien au-delà d’un bien-être physique et psychologique. Elle augmente la créativité, améliore l'énergie, diminue le stress et même a une influence sur notre niveau de réussite. De plus, cela impacte cellules et neurones en créant de nouvelles connexions, en interrompant d’autres, changeant sa structure en profondeur. La méditation diminue aussi la pression artérielle, renforce notre système immunitaire, agit en profondeur dans les plans de l'être équilibrant et alignant les corps. 

On dit que la méditation ouvre l’esprit et produit une essence spirituelle nommée « eau de jouvence ». Cette pratique consiste à se fondre dans son « Esprit» puis à invoquer sa Force pendant que les pensées sont vacuité. Le flot vital interne solarisé rend le corps subtil passif et réceptif selon le but « REI » formalisé par « KI ». Cet effet ressenti dans la Couronne se répercute dans les haras : troisième œil, cœur et tanden avec une action catharsique. 

                                                                           L'image et la mudrâ signifiant "signe" ou "sceau" de l'Esprit.




Comment la pratiquer :

                                                             


Position :

Prendre la position Zazen (méditation assise). Afin d'obtenir une bonne posture, nous utiliserons un coussin, le "zafu". Nous nous asseyons sur ce zafu, jambes croisées. Tout le monde n'a pas la faculté de s'asseoir en lotus complet. Pour la méditation "Gassho Meiso", ce n'est pas obligatoire. Le demi-lotus (où un seul pied vient se placer sur la jambe opposée) convient parfaitement.
Afin d'avoir une posture correcte, il est important de bien basculer le bassin vers l'avant. En bas du dos (au niveau de la cinquième lombaire) le bassin bascule vers l'avant afin que les genoux prennent bien appui contre le sol. De cette façon, la posture obtient une base stable et forte.
A partir de cette base le dos se redresse. La posture de Zazen est fondamentalement une posture verticale. Afin de bien accentuer cette verticalité, le menton est tiré en arrière et la nuque est tendue, comme si nous voulions soulever le ciel avec la tête. De ce fait, la posture de Zazen s'étire entre ciel et terre. Etirer le corps ne veut nullement dire que la posture devient rigide et crispée. La posture correcte de Zazen est un mélange de souplesse et d'énergie.

Attitude de l'esprit :

Le but est de laisser les images et les pensées surgissant du mental passer comme " un nuage dans le ciel " (sans chercher à les analyser, ni à s'en préoccuper car elles sont toujours le fruit du passé ou du proche avenir, jamais du présent). Soyez, en conscience, votre "Soi Divin".

La respiration :

En Zazen la respiration est libre. Cela signifie qu'on laisse la respiration se faire d'elle-même sans vouloir obtenir une respiration spéciale. On inspire et expire en profondeur, la respiration se faisant sur un rythme lent (ni trop courte, ni trop longue) voir à ce sujet : la respiration.

L'attention :

Abandonner toute préoccupation, tous soucis et soyez la Source dans l'instant présent, le ici et maintenant.

La posture des mains : (Mudrâ Dhyani).

La main droite repose dans la main gauche et seuls les doigts sont en contact. Les pouces se rejoignent au dessus des doigts. Le contact entre les pouces est léger: les pouces restent horizontaux. Les pouces et les autres doigts forment un ovale bien ouvert. La posture des mains exprime l'ouverture et la quiétude.


Méditation simple :

Le regard est dirigé vers le sol dans un angle approximativement de 45 degrés et les yeux restent ouverts (les yeux fermés nous aurions tendance à nous endormir ou de nous laisser entraîner par les pensées). Les yeux ne fixent rien, de cette façon le regard s'élargit. La position des yeux pendant Zazen met également les yeux au repos. Restez dans cet état aussi longtemps que vous en avez envie. Au début, un temps de cinq minutes est tout à fait correct.

Autre solution

Prendre également la position Zazen (méditation assise). Afin d'obtenir une bonne posture, utilisez un coussin, le "zafu". Nous nous asseyons sur ce zafu, jambes croisées. Tout le monde n'a pas la faculté de s'asseoir en lotus complet. La main droite repose toujours dans la main gauche et seuls les doigts sont en contact. Les pouces se rejoignent au-dessus des doigts. Le contact entre les pouces est léger: les pouces restent horizontaux. Les pouces et les autres doigts forment un ovale bien ouvert. La posture des mains exprime l'ouverture et la quiétude. Le regard est dirigé vers le sol dans un angle approximativement de 45 degrés et les yeux restent entre-ouverts (les yeux fermés nous aurions tendance à nous endormir ou de nous laisser entraîner par les pensées). Les yeux ne fixent rien, de cette façon le regard s'élargit. La position des yeux pendant zazen met également les yeux au repos.
Concentrez votre attention sur votre langue avec l'intention de la relaxer. Il s'agit de se concentrer sur celle-ci et rien d'autre, en la relaxant le plus possible. Vous allez peut-être découvrir que votre langue s'épaissit, ou semble se raccourcir légèrement. Vous pouvez même permettre à votre mâchoire de se relaxer complètement, en laissant votre bouche s'entrouvrir légèrement. Chaque fois que vous expirez, imaginez votre langue et la zone de votre bouche qui se relaxent profondément, de plus en plus, avec chaque expiration…

En effectuant cela, vous allez immédiatement remarquer, et ce dès la première minute, que le flot des pensées, aura significativement diminué. Pourquoi en est-il ainsi? Lorsque vous pensez, vous avez tendance à parler à l'intérieur de vous-même, et ce, parfois même de façon inconsciente. Lorsque vous entretenez un dialogue ou un monologue intérieur, votre langue exprime des micro-mouvements et comme il est impossible d'entretenir un dialogue intérieur lorsque votre langue est vraiment, profondément, relaxée, il faut agir sur elle. CQFD.

La méditation Gasshô Meiso :

Fermez les yeux et centrez-vous sur votre tanden (C'est le fameux hara, trois cm sous le nombril et à l'intérieur). Restez concentré sur " l'ici et maintenant ", votre conscience focalisée sur votre tanden, tout en ayant conscience de votre respiration. Ayez-en juste conscience, ne cherchez pas à respirer consciemment. Quand vous êtes détendu, dans un geste calme, placez vos mains en position Gasshô, puis déplacez doucement votre conscience au bout de vos deux majeurs en contact. Oubliez l'existence de tout le reste. Si des pensées ou des sensations surgissent, redirigez votre conscience avec douceur vers le bout vos majeurs. Adoptez l'état proche de l'endormissement sinon la méditation ne sera pas positive. Comme ci-dessus, restez dans cet état aussi longtemps que vous en avez envie. Un temps de cinq minutes est tout à fait correct au début. Usui Sensei conseillait de faire cette méditation 20 à 30 minutes le matin et autant le soir.

Prendre la position Gasshô, c'est exprimer le respect, la vie et c'est être en communion avec l'univers.

_________________________


La méditation d'ancrage :

Elle s'adresse aux personnes ayant reçu l'initiation au Reiki.


Asseyez-vous confortablement sur une chaise, un tabouret ou un fauteuil avec les pieds, idéalement déchaussés, posés à plat sur le sol. Fermez les yeux et détendez-vous. Connectez-vous et intentionnellement, faites s'écouler l'énergie Divine par vos pieds vers la terre. Si vous habitez en étage, le sol fait office de terre. Il lui est d'ailleurs relié par l'intermédiaire de la structure du bâtiment. Posez les paumes de vos mains sur vos cuisses. Sentez Reiki s'écouler de vos mains dans vos cuisses, circuler à travers vos jambes, descendre vers vos pieds et rejoindre la terre.
Méditez ainsi aussi longtemps que vous le souhaitez en gardant votre attention sur le flot de l'énergie circulant en vous et descendant vers la terre. Si vous constatez que votre attention a dérivé, ramenez-la tranquillement vers l'énergie et la terre. Ne cherchez pas à vous forcer ou à trop vous concentrer. Simplement, lorsque vous constatez que votre attention a dévié, ramenez-la en douceur vers la sensation s'écoulant vers la terre.
Pratiquez cette méditation autant et aussi peu qu'il vous semblera bon. Quelques minutes peuvent vous suffire. Ne vous forcez pas à continuer quand vous en avez assez.

Cette méditation est très simple mais puissante. N'en sortez donc pas trop brutalement. Afin de revenir vers une activité cérébrale normale, commencez par laisser vaquer votre esprit deux ou trois minutes puis ouvrez doucement les yeux. Vous pouvez pour cela les ouvrir une fraction de seconde, les refermer, les ouvrir un peu plus longtemps puis les fermer à nouveau… jusqu'à ce que vous vous sentiez prêt à sortir définitivement de méditation.

L'éveil par l'abandon dans l'amour inconditionnel ! 


Indissociables !

La méditation, la respiration
et le Reiki sont complémentaires.


COMMENT BIEN RESPIRER :

Il s'agit en fait d'une notion relativement simple. L'énergie suit le geste, le souffle et la pensée.


   Pour ceux qui connaissent la sérénité, respirer prend une toute autre dimension. Respirer, c'est la fonction vitale par excellence. Les Grecs considéraient celle-ci comme le médiateur du "Soi" au corps, ils nommaient la technique spirituelle supérieure de l'Inde, la "sagesse du souffle". Autre exemple, les bouddhas sont représentés avec un gros ventre non pas à cause de la nourriture qu'ils absorbaient mais simplement à cause de leur type de respiration. Les tensions, l'excès de stress, la société de consommation, le toujours plus, les émotions négatives (la colère, la peur, l'envie, la jalousie), les "blessures non résolues", contractent les muscles de l'abdomen et rendent notre respiration plus haute. Dans le monde actuel, la respiration est devenue thoracique et superficielle. Le manque de tonus découle, entre autres, d'une mauvaise oxygénation de l'organisme et d'une élimination insuffisante des déchets gazeux.
Pour améliorer cela, il est important d'apprendre à bien respirer. En vous initiant vous aussi, vous pourrez maîtriser vos émotions, vous retrouverez le calme dans les moments de stress. Apprenons ou plutôt réapprenons à respirer avec l'abdomen, faisons de cette pratique, une pratique volontaire et consciente. Le métabolisme humain produit du CO2, qui est éliminé lors de l'expiration. Celui-ci se fixe dans le bas de nos poumons et n'est pas rejeté entièrement dans une respiration classique.

Avertissement:

Si, en pratiquant les exercices de respiration décrits ci-dessous vous avez des étourdissements, sachez que ces réactions corporelles sont normales lorsqu'on n'a pas l'habitude d'une telle respiration. Un trop grand apport d'oxygène provoque un début d'hyperventilation. Ces réactions sont sans danger, mais ne persistez pas, revenez à votre respiration naturelle.


1er exercice : Prendre conscience de sa respiration.


Allongez-vous, prenez une position la plus confortable possible et fermez les yeux. Vous allez tout simplement porter votre attention sur votre respiration. Répétez-vous : " Je n'ai rien à faire, juste à être ".
Puis, une fois le calme bien installé en vous, portez simplement votre attention sur votre respiration. Laissez-la aller naturellement. Mentalement, suivez le trajet de l'air de vos narines jusqu'aux poumons, de vos poumons jusqu'à vos narines, prenez bien conscience des différences de température de l'air, puis de votre corps qui bouge pendant les respirations : dilatation des narines, de la cage thoracique qui s'élargit, des côtes qui se soulèvent et le va et vient de votre abdomen. L'observation de la respiration est un des meilleurs moyens de développer l'attention du corps.


2ème exercice : Respirez par le ventre.


Il y a deux types de respiration : soit thoracique soit abdominale. La respiration volontaire doit être abdominale. Le haut du corps ne bouge pas et l'abdomen se gonfle et se dégonfle lentement. C'est de cette façon que respire l'être à l'état naturel. Les bébés, du reste, ont normalement une respiration abdominale.
Allongez-vous, posez une main sur votre ventre, Fixez votre attention sur un point situé à deux centimètres sous le nombril et l'autre sur la poitrine, puis respirez comme vous en avez l'habitude. Vous constaterez que seule votre cage thoracique se soulève. Nous allons donc apprendre à respirer correctement avec le diaphragme, d'une façon aisée, ample et naturelle. Il est préférable de s'exercer en étant couché sur le dos, parce que dans cette position il est plus facile de relaxer la musculature abdominale. Plus tard, vous pourrez respirer avec le diaphragme en toutes circonstances, même en marchant ou en courant.
Pour être vraiment à l'aise, il est souvent utile de placer un coussin sous les genoux pour diminuer la cambrure lombaire (ce que nous faisons dans les séances Reiki). Fermer les yeux afin de mieux vous concentrer. Avant l'exercice, prenez soin d'expirer à fond plusieurs fois en poussant quelques soupirs pour chasser les derniers restes d'air. Fermez la bouche, prenez de l'air par le nez, vous ne gonflez que le ventre, les épaules restent basses. Expiration lente et profonde en rentrant progressivement le ventre. Puis inspiration à nouveau en gonflant bien le ventre. Enfin, soufflez une dernière fois par la bouche toujours lentement, en rentrant bien le ventre.
Lorsque vous adoptez ce type de respiration, vous améliorez l'oxygénation de vos cellules et vous augmentez l'évacuation de déchets gazeux. En plus, vous régularisez votre rythme cardiaque et vous abaissez votre niveau de stress. Faites cet exercice de respiration abdominale le plus souvent possible: en voiture, en travaillant, dans une file d'attente, devant votre ordinateur.


3ème exercice : Respiration ressource.


(A pratiquer une fois la respiration abdominale bien maîtrisée).

Inspirez en gonflant bien la paroi abdominale, puis retenez l'air quelques instants en formulant une courte phrase ou un mot positif (comme "Je suis en paix avec moi-même" ou "Je suis un merveilleux praticien Reiki") enfin sur le temps d'expiration, diffusez le mot ou la phrase dans le corps émotionnel et dans le mental. Inspirez et expirez par le ventre et le nez. A chaque expiration, sentez la détente envahir et imprégner de plus en plus votre corps. Plus rien n'existe autour de vous. Il n'y a plus que votre respiration et votre détente. Je vous recommande de prendre l'habitude de respirer de cette façon car elle changera la texture de votre vie. Pour vous habituer, je vous encourage à la pratiquer 4 à 5 fois par jour, durant 3 à 4 minutes. En dehors de ces pratiques, vous pouvez respirer de cette manière lorsque vous vous promenez dans la nature, écoutez de la musique, pratiquez une méditation sur la respiration, regardez un film, demeurez alors sensible à l'effet que cela vous fait de respirer ainsi dans cette situation.


4ème exercice : La respiration dynamique.


Pour ce dernier exercice, vous êtes debout, les jambes écartées de la largeur du bassin, les pieds bien à plat sur le sol. La tête est droite, souple et les épaules sont basses. Pensez à dégrafer votre ceinture et à ouvrir votre col de chemise. Les bras sont tendus vers le haut. A l'inspiration, rentrez le menton vers la poitrine et tirez le bout des doigts vers le ciel. Sentez votre colonne s'étirer et grandir vers le haut. A l'expiration, relâchez. Vous pouvez réaliser cet exercice 3 ou 4 fois de suite.


5ème exercice : La respiration avec variantes.


a) Douleurs physiques :

Expirer vers la zone douloureuse : Respirez avec lenteur. A l'expiration, envoyez virtuellement cet air dans la zone douloureuse. Sentez-la se remplir de chaleur et de détente.

b) Douleurs morales :

A l'inspiration, sentez l'énergie de l'univers vous remplir et comment la respiration vous relie à lui. A l'expiration, envoyez et remettez l'élément ou l'émotion qui vous gêne à l'univers, en même temps que l'air expiré. Laissez-le se dissoudre dans cet espace.

c) La sensibilité des mains :

Les bras sont tendus devant vous, coudes légèrement pliés. A l'inspiration, imaginez que l'air rentre par la paume des mains et remonte le long des bras jusqu'au cœur. Retenez votre respiration quelques secondes, pendant que l'air se charge d'une énergie d'amour. A l'expiration, sentez cet air redescendre le long des bras et sortir par la paume des mains.

d) Le réveil du troisième œil :

A l'inspiration, imaginez que l'air rentre dans votre corps par un point situé au milieu du front. A l'expiration, visualisez cet air sortir par le même point.

e) L'ouverture du cœur :

A l'inspiration, imaginez que l'air rentre dans votre corps par le sommet du crâne et remplit votre poitrine. A l'expiration, visualisez cet air sortir par le milieu de la poitrine.


CONCLUSIONS :

La respiration est un symbole vivant qui peut être utilisé comme technique d'auto-traitement.
En ce sens, elle rejoint Reiki dans la recherche du mieux vivre.