UNE CLEF, UNE PORTE, UNE OUVERTURE !

MANTRAS ET SYMBOLES DU REIKI :

Symboles


  L'initiation Reiki reconnecte à l'Esprit Divin et installe, chez le futur praticien, les clés liées à la Connaissance sous forme de symboles.
Cela lui permet de s'ouvrir sur l'inconnu, l'infini, l'absolu. 

Ces clés (ou secrets) sont les symboles du "Usui Reiki Ryoho".

Le symbole occulte dépasse l'entendement intellectuel.

   C'est un terme apparemment insaisissable car caché et secret par essence (symbole = image puis magie par glissement de lettre) mais attention car le symbole peut être comparé à un cristal restituant différemment la lumière selon la facette qui la reçoit. Par son horizontalité, le symbole Reiki révèle l'infini, l'homme et l'univers et par sa verticalité, il établit le pont avec les différentes strates de la Source, tout en étant transformé par le symbolisant. Cette relativité sera votre puissance personnelle car les symboles Reiki sont porteurs et agissent analogiquement. 

Les symboles avec leur mantra Reiki sont des clés qui ouvrent les portes des niveaux de la conscience supérieure.
 Chaque symbole est spécifique, ayant un rôle particulier dans les séances Reiki.


Le Reiki Usui enseigne la visualisation ou le traçage de trois symboles dès le second niveau.

FONCTIONS DES SYMBOLES ET DES MANTRAS DANS LE REIKI USUI : 


Les symboles Reiki sont la base du système Usui occidentalisé. Ce sont des clés pour exprimer la quintessence de l'énergie à facettes multiples. Ils sont accompagnés par des formules ou mantras pour reprendre leurs désignations asiatiques. Ils nous donnent la possibilité d'exprimer des essences là où les mots sont insuffisants. Le mot "Mantra" vient du sanskrit "Man" le mental et "tra" : remplir ou protéger. Le mantra est donc un mot qui remplit/protège, par sa répétition. Ils ont été introduits par Usui Sensei.

TOUT EST SYMBOLIQUE ICI-BAS ! 

Force Reiki


Reiki Source explique ici les symboles et mantras Reiki mais va plus loin,
franchissant une nouvelle étape pour retrouver l'essence de l'enseignement d'Usui Sensei.


Nature des symboles : Etymologiquement, le mot symbole vient du latin "Symbolium" dérivant lui-même du grec "Sumballein" signifiant : lier ensemble, jeter ensemble, réunir. Les symboles sont donc beaucoup plus que des signes. Les métaphores, comme les symboles, sont des moyens de décrire l'abstrait, pour permettre à votre mental de saisir l'insaisissable. Les mots sont des symboles, ils ne sont pas réels, ils relient simplement quelque chose et n’ont de valeur qu’en raison de celle que nous leur accordons. C’est un accord conclu avec tous ceux qui apprennent la même symbologie. Toute notre connaissance est basée sur le symbolisme et les mots que nous avons inventés afin de comprendre et d’exprimer quelque chose. Cependant, le symbole occulte dépasse l'entendement intellectuel. C'est un terme apparemment insaisissable car caché et secret par essence ((symbole = image  puis magie par glissement de lettre). Par son horizontalité, le symbole Reiki révèle l'infini, l'homme et l'univers et par sa verticalité, il établit le pont avec les différentes strates de la Source, tout en étant transformé par le symbolisant. Cette relativité sera votre puissance personnelle car les symboles Reiki sont porteurs et agissent analogiquement.


Fonction des mantras : Basés sur des kototamas, les mantras sont des sons sacrés. Leurs vibrations résonnent avec l'énergie Lumière. Ils sont indépendants et par conséquent, permettent de contacter plus rapidement les ondes de dimensions supérieures avec l'utilisation en synergie des deux outils.

Les symboles et les mantras Reiki sont donc des clés qui ouvrent les portes des niveaux de conscience supérieurs.
Chaque symbole, chaque mantra est spécifique, ayant un rôle particulier dans les traitements. 



Les symboles sont qualifiés de clés de l'Invisible !


Les interprétations de base contribuent à leur compréhension mais doivent rester mobile. Je m'explique : Le symbolisme ésotérique dépasse les limites de la raison et sort de la simple analyse puisqu’il est le liant avec une puissance, une force inconnaissable. Ici, l'intuition doit nous servir de guide sans fixité. Le symbolisme n'est plus arbitraire, il est jaillissement car pluridimensionnel entre l'utilisateur et les plans supérieurs. Les symboles ésotériques portent au-delà de la signification immédiate et ne nécessite plus une interprétation. Ils sont à la fois : chargés d'affectivité et de dynamisme et servent de voiles ou de révélateurs. Ils sont des agents de transformations spirituelles. Les symboles Reiki mobilisent la totalité de l'être. Vous découvrirez l'image, le traçage et l'énergie que chaque symbole véhicule et ferez corps avec, degré après degré.

Symboles du second degré :

CKR

SHK

HSZSN

Symbole du troisième degré :
DKM

Symboles du quatrième degré :

Non communiqué ici.



LES SYMBOLES UTILISES DANS LE REIKI USUI DES LE SECOND DEGRE :


Afin de les représenter, nous utiliserons leur acronyme.


Le CKR : La spirale qui pénètre (féminine), c'est le symbole de la Force d'activation, de puissance, de concentration, c'est l'application du Souffle de Vie de la Divine Matrice, l'Esprit Mère, après notre intention. La forme spiralée symbolise toujours l'énergie qui pénètre. Classiquement, il représente un centrage, une commande, un ordre. C'est un symbole de feu, sacré, un fixateur : Il est l'intensificateur pour le SHK et le HSZSN. 

Cho Ku signifie : instantanément, immédiatement, sincère, tout droit. Rei signifiant : l'intention de l'Esprit soit : Force de Vie ici !

Le SHK : C'est le seul symbole sanskrit du Reiki. Il est dit symbole d'Amour, d'harmonie ou de transformation. Il perce les différentes strates de l’être. C'est le symbole du nettoyage ou (décrassement, dépoussiérage et purification). La clé qui disperse, dissous, préparant la guérison, il agit comme un diapason. Le SHK est le symbole de la perfection, il est utilisé dans bien des situations pour calmer l'esprit, et traiter le stress, la nervosité, la peur. Il travaille en profondeur sur les différentes strates de vie afin de dissoudre les mauvaises habitudes, les traumatismes ou leur mémoire afin de recréer l'harmonie. Sa fonction essentielle est de trancher, brûler la cause liée au disfonctionnement. C'est comme l'archer qui d'abord vise la cible (SHK) et ensuite décoche la flèche (CKR) pour GAI RIRE (guérir).

  • Nota : On peut l'utiliser pour la purification, pour transformer, pour évacuer de l'énergie de basse fréquence, pour libérer les êtres attachées au plan terrestre, les parasites, les entités ou pour protéger ou nettoyer une pièce contre les basses fréquences.

Le HSZSN : Il n'aboli pas la distance, il la supprime du mental car il y a que l'Unité en tout, sans séparation, sans vide. Le symbole Sagesse représente l'essence du Tout, la connexion avec l'universalité, la Grande Déesse ou la Vie, une passerelle pour le mental entre vous, l'énergie Reiki et la personne destinataire. Il s'affranchir de l'espace/temps qui n'est qu'un leurre. En fait, il nous rappelle notre véritable nature, l'ultime réalité, l'éternelle Présence en chacun de nous. On l'appelle parfois "la pagode" ou encore le "stupa".

Le DKM : Le symbole de Maître représente la Lumière que vous sommes en vérité. Par un déplacement de la conscience, on se projette dans ce corps de Lumière pour effectuer les soins. Ensuite, rien à faire, juste à Être !


C'est l'Eveil, la réalisation suprême!

Rien à faire, juste à Être et laisser être !

_________________


Les symboles suivants sont destinés aux Maîtres/Enseignants et
sont utilisés dans le cadre des initiations. Ils ne seront pas explicités ici.


REFLEXIONS SUR LES SYMBOLES ET LES MANTRAS, PUIS SUR LES KOTODAMA :

Reiki Source

  

    Nous savons que Sensei a conçu "officiellement" le Reiki en 1922 comme une voie spirituelle
 et une méthode de traitement. Reprenons le déroulement des faits connus.


     Ce système s'est d'abord appelé " Reiho " (voie spirituelle) et il est reconnu aujourd'hui sous le vocable " Usui Reiki Ryoho ".  Usui Sensei a eu un tel succès que de plus en plus de personnes demandèrent à être initiées. Ce qu'il fit volontiers. Il initia et donna des traitements autour de lui jusqu'en 1926. Dans un premier temps, les personnes recevaient l'initiation, ce que l'on appelle aujourd'hui : " le premier degré " afin de canaliser pour soi-même et percevoir l'énergie s'écoulant pour un receveur. Certains choisirent d'aller plus loin et d'approfondir les enseignements de Mikao Usui. On dit qu'il reçut par illumination des kototamas sur le mont " Fuji Yama " (des sons sacrés millénaires) ce qui est peu probable. Usui Sensei fut probablement adepte du Bouddhisme Mikkyô, son cheminement personnel nourri par la tradition du Shinto, dont le cœur est Kototama. Donc ces sons étaient donnés seulement aux personnes qui voulaient aller plus loin dans leur pratique du Reiki. Cette utilisation permet en effet de toucher les aspects de soi-même difficilement accessibles par d'autres moyens.
Une nouvelle évolution intervient en 1925 avec l'arrivée de Chûjirô Hayashi et de ses collègues, officiers dans la marine impériale Japonaise. Il semble que ces nouveaux élèves, très enthousiastes par rapport au Reiki, n'arrivèrent pas à utiliser les Kototama. On dit même qu'ils ont simplement refusé de le faire. Usui Sensei a d'abord essayé de les convaincre mais sans succès et plutôt que de les imposer, il a cherché une solution à ce problème. C'est ainsi qu'il a créé des mantras ou Kotodamas associés à des symboles. En partant du Kototama, Usui a choisi des mots japonais qui contenaient ces sons et il a ajouté un symbole pour chacun de ces mots en tant que support mental. C'est ainsi que Sensei aurait introduit les symboles et les mantras dans le Reiki. Cette solution conviendra parfaitement à Hayashi et à ses collègues car pour eux, ils étaient concrets et ils les utilisèrent sans réserve. Après la mort de Mikao Usui, en 1926, l'organisation créée par Hayashi va transmettre un enseignement en accord avec leur pratique : Pas de Kotodama mais une utilisation exclusive des symboles et des mantras. Lorsque Mme Takata se fit initiée au Reiki par Hayashi, elle suivi naturellement cet enseignement et c'est ce qu'elle nous a transmis. C'est pourquoi, à ce jour, peu de personnes ont entendu parler des Kotodama d’Usui Sensei.

Les Kotodama dans le Reiki :

    Nous avons vu et compris les symboles encore faut-il les activer. Pour ce faire, le praticien utilise en occident un mot : (mantra) répété trois fois et kototama (un son) au japon. Après le troisième degré (Shinpiden) et en occident, le kotodama remplace parfois le mantra, sa vocalise n’est pas la même. Le mot kotodama est assimilé au mot kototama qui désigne en japonais "mot de pouvoir" (ce qui active le processus avec une puissance accrue donc ce que représente le symbole en essence). Gardons un moment ce terme occidentalisé. 
Alors que nous récitons (chantons) un Kotodama Reiki, cela crée une respiration profonde dans notre ventre : cette façon de respirer est nommée la méthode de la respiration longue (Okinagaho) dans le Shinto. Par cette respiration, le pouvoir du corps physique augmente. Si l'on chante ces vocables de tout son cœur, il est possible d'éliminer toutes les pensées inutiles et d'atteindre un état libre de toute idée ou pensée. Alors, toute impureté et tout manque de clarté disparaît de l'esprit. C'est pourquoi je déclare ici que le pouvoir du Kotodama dépasse grandement le plan matériel. Il nettoie les vibrations de basses fréquences et les poisons (Magatsuhi) du corps. C'est une source d'énergie Divine qui permet la guérison de l'être. Je remercie ici la praticienne qui m'a fait connaître cette voie. Les Kotodama sont donc des activateurs des symboles Reiki.

KOTODAMA OU KOTOTAMA ?

Sensei Usui


Précisons maintenant le lien entre Kotodama ou kototama :
« Source : Extrait d'un article d'Isabelle Padovani : www.onsei-do.com ».

        Kotodama est le terme actuellement employé dans les lignées "traditionnelles" de Reiki pour désigner les lignes de sons qui ont été transmises depuis quelques années en occident. En japonais, kototama signifie "mot-âme" ou "esprit du mot". Les "mots-âmes" sont des sons purs qui cristallisent les vibrations originelles que nous percevons ensuite comme couleur, son et forme, et ce, dans le monde manifesté. Avant que toute manifestation soit perceptible dans le plan matériel, son essence vibre, résonne sur les plans subtils : ainsi, chaque principe manifesté par la couleur, le son ou la forme, a un kototama, un "mot-âme", une vibration principielle sacrée qui contient son essence et en permet la manifestation. Ces "mots-âmes" n'ont de signification dans aucune calligraphie : ils sont le substrat vibratoire essentiel de toutes les langues. Ainsi, la maîtrise du Kototama permet de décoder le sens originel des mots, quelle que soit l’écriture à laquelle ils appartiennent.

La pratique du son dans le Shinto :

Le nom utilisé pour la pratique du son est "Kototama" : de koto, kotoba, le mot et tama, la force de vie qui emplit toute chose (je reviendrai plus loin sur le sens profond de Tama, sachant que le kanji servant à l'écrire est le même que celui servant à écrire le Rei de Reiki). Ainsi, Kototama signifie littéralement "mot-âme", ou « esprit du mot ». Ce terme désigne tout particulièrement la pratique des sons conservée par le Ko-Shinto (Ancien Shinto, nommé auparavant "Kan Nagara no michi", ce qui signifie "La Voie des Dieux") et transmise de Guide à disciple depuis la nuit des temps.

Le terme de "Kotodama" est en fait une reproduction erronée de « kototama ». C’est d'ailleurs le terme usité en japonais. La différence réside dans le fait que celui qui utilise cette prononciation pour désigner cette pratique du son prouve qu'il en ignore les principes les plus fondamentaux, le son « D » ne faisant pas partie des huit rythmes-pères du Kototama. En effet, « Kotodama » se dit, traduit en sons purs, « Kototama », ce que sait tout pratiquant (même débutant) de cette voie.

LIEN ENTRE REIKI ET KOTOTAMA : 

Tama et Rei

Tama et Rei sont synonymes en japonais :

      Tama et Rei serait synonymes en japonais. Tama signifierait « Âme/Esprit » et, dans sa forme imagée « gemme, joyau précieux ». Le Shinto enseigne que chaque être humain est empli de Tama : qu'après sa mort, le Tama quitte le corps et redevient Rei, c'est à dire l'Esprit. Les enseignements ésotériques de Kototama disent que Tama désigne l'aspect incarné de l'énergie du Vivant, Rei en désignant l'aspect céleste. Rei et Tama représenteraient donc les deux facettes de l’esprit du Vivant, existante en toute chose. Kototama serait le principe permettant à cette énergie de s'incarner par le Son.

Je tiens à apporter une précision sur ce que dit Franck Arjava Petter sur le fait que Reiki soit un kototama de protection :  pour agir au niveau du son en tant que protection, on doit prononcer « TAMAKI », et non REIKI (mais s’écrit exactement pareil), TAMA KI signifiant en sons purs : « faire apparaître (et se relier à) la grande Lumière afin que se manifeste le Feu de Vie ». Or, comme chacun le sait, l’obscurité n’est que l’absence de Lumière, et la plus grande protection contre l’obscurité (sur le plan de la conscience, de l’énergie, du corps) est de faire apparaître la grande Lumière.  Comme vous le constatez, cet aspect est en lien étroit avec la symbolique du quatrième symbole du Reiki...